Accueil » Histoire » La famille de Rogres

La famille de Rogres

 

Page annexe Merci à Mr Jean Claude Brunet pour ses recherches sur                                               Aufferville et la famille  de Rogres.

La  famille de Rogres

L’histoire des hameaux de Busseau et Morville est très liée à celle des seigneurs de Champignelles, village de Bourgogne et plus précisément de Puisaye.

La famille Rogres de Champignelles est une maison ancienne du Poitou qui s’est distinguée par des faits militaires et qui a donné plusieurs chevaliers de Malte.

Elle est connue dès le 12ème siècle par un Guillaume de Rogres, Grand Sénéchal du Poitou.
De la lignée, et pour ce qui nous concerne, il faut citer Jean de Rogres chevalier, seigneur de la Berlandière, Bromeil, Langlée, Bois- le- Roi, Vicomte de Fessart, bailli de Nemours et gentilhomme ordinaire du Roi Henri III. Il épousa le 7 septembre 1544  Marthe de la Baume, Dame de Chevrainvilliers, Beaumoulin, Brandelon, Morville, Busseau et Maisoncelle fille de Jean de la Baume dit Le Blanc*, Bailly de Nemours et de Jeanne de Bierne.
* Le Blanc : seigneur de la Baume de Chevrainvillier, de l’Archant, le Morville et de Phillebois, en Bourbonnais et en Touraine

Charles de Rogres chevalier, sieur de Langlée, seigneur de Chevrainvilliers, Bougligny, Boucherot, Bainvilliers, Morville, Busseau, Balain ….
épouse le 15 avril 1589 Anne Prévost.

Un fils Charles de Rogres, chevalier Baron de Champignelles,  seigneur de Chevrainvilliers, Bougligny, Bois- le- Roi et la Madeleine, gentilhomme ordinaire du Roi et son aide de camp dans les armées,
Il épousa Marie de Saucière de Tenance baronne de Champignelles et du Plessis, fille du baron de Champignelles.
Busseau et Morville rentrent ainsi dans la famille de Rogres de Champignelles.
Vingt deux enfants dont sept chevaliers de Malte sont issus du mariage.
Les armes des  Champignelles : gironné d’argent et de gueules de douze pièces.

Puis dans la filiation de Rogres on retrouve ensuite au 17ème siècle un Charles- Louis  de Rogres (petit fils du Charles précédent), chevalier, marquis de Champignelles mort en 1756 à l’âge de 81 ans ayant servi dans la gendarmerie en qualité de  cornette des chevaux légers de Bourgogne puis Maître d’Hôtel du Duc de Berry.

L’un de ses fils Louis René né en 1705 ( et mort en 1784 à Champignelles ), chevalier, seigneur, comte de Champignelles, seigneur de Morville, Busseau, fut d’abord capitaine dans les cuirassiers puis est passé en 1738 dans la cornette de la première compagnie des Mousquetaires, chevalier de Saint- Louis en 1739, brigadier en 1745 et maréchal de camp en 1748, enfin lieutenant Général des Armées du Roi en 1759. Il a servi notamment en Italie, en Flandres et participa entre autre à la bataille de Fontenoy.
A la mort de son père en 1756 il prend le titre de «Rogres de Lusignan»nom que l’on retrouve dans la filiation.
Il épouse Jeanne-Henriette  Lefebvre de Lambrière dont il a six enfants.
A signaler en particulier parmi ces enfants, Louis Armand de Rogres né en 1740, Henriette, religieuse, et Marie Adélaïde née en 1742 mariée au capitaine de cavalerie le comte de Douhault.
Louis Armand de Rogres, chevalier, marquis de Champignelles fut capitaine d’infanterie au régiment de Picardie puis capitaine de cavalerie au Régiment Royal de Picardie puis Exempt des gardes du corps du Roi, compagnie de Villeroy, chevalier de Saint- Louis avec brevet de Maître- de- Camp de cavalerie puis sous-lieutenant dans la même compagnie.
A la mort de sa sœur  Marie Adélaïde  en 1788, son frère le marquis Louis Armand devint le seul héritier.
Dans le procès verbal de l’assemblée générale des 3 ordres du bailliage de Montargis et des bailliages secondaires de Château Renard et Lorris du 16 Mars 1789 apparaît bien dans la noblesse Armand Louis de Rogres marquis de Champignelles et maréchal de camp.
On le retrouve dans la liste des députés à la Constituante en 1791 Armand-Louis de Rogres de Lusignan, marquis de Champignelles,  maréchal de camp retraité
En octobre 1791 Champignelles s’agite, on parle de 15000 émigrés à Coblence, de 400000 hommes de troupes étrangères qui vont envahir la France.
Louis Armand émigre en 1792 pour échapper à la guillotine  mais suit ses affaires par l’intermédiaire de son régisseur. Il est ensuite amnistié par le premier consul et revint à Paris.
Les biens des émigrés deviennent des biens nationaux et sont vendus très probablement en 1793 mais la curée des biens nationaux commence en 1791 et en 1792, les biens du marquis sont mis sous séquestre.
On peut raisonnablement penser que les biens de Busseau et Morville en particulier deviennent alors biens nationaux et sortent ainsi de la famille de Champignelles et plus précisément du patrimoine d’Armand Louis de Rogres de Champignelles.
Le château est à peu près  respecté même aux plus mauvais jours de la Terreur. Le mobilier est acheté par les habitants de Champignelles, le château fut démoli en 1800
Le marquis mourut en 1803.au milieu de ses procès. ()
() procès bien connu qui dura de longues années contre une usurpatrice se faisant passer pour sa sœur, en fait décédée en 1788, afin de récupérer une partie de l’héritage de la famille de Champignelles et  l’héritage important issu du comte de Douhault, son mari).

Adélaïde Charlotte Louise de Rogres de Lusignan de Champignelles ( Mlle de Lusignan), seule héritière de Louis Armand et dernière représentante de la famille de Champignelles, meurt en 1830 ().
() Louis Armand a eu trois enfants, un fils Louis René Norbert de Rogres né en 1771, puis Pierre- Louis né en 1772 et  une fille Adélaîde Louse Charlotte en 1775

Elle lègue de l’argent au village de Champignelles mais les autres biens dont Busseau et Morville  ne font plus partie de son patrimoine depuis longtemps.

L’étude des périodes de l’histoire des hameaux de Busseau et Morville précédant 1544 et celle postérieure à la révolution permettrait de compléter ce bout d’histoire.
Seul nom relevé à ce jour concernant les fermiers de ces hameaux un certain Simon Louveau, laboureur à Morville dont le travail était suivi par «fondé de pouvoir de messire Armand-Louis de Rogres de Lusignan, seigneur du hameau».

A signaler enfin les écritures ou dénominations  variables des noms de personnes ou lieux ex Busseau / Busseaux / Busseau- la-ChampagneMorville / Morville-la-Champagne /Champignelle / Champignelles